Termatière conçoit et co-développe des solutions créatives de valorisation de ressources locales.

Design & matériau au service des territoires


Les matériaux de demain seront bio-sourcés


La fabrication de matériaux est, aujourd’hui, basée principalement sur l’utilisation de ressources limitées et non renouvelables mettant en œuvre des procédés générant des atteintes à l’environnement. Face à l’épuisement de ces ressources fossiles, les résidus des filières agricoles, ressources renouvelables produites
de manière cyclique mais peu, pas ou mal valorisés par manque de temps, d’intérêt et d’accompagnement, s’envisagent comme autant de matières premières pour l’élaboration de matériaux. Termatière crée du lien entre les filières agricoles et d’autres secteurs d’activité, en vue de dynamiser les territoires.

Le projet sarment


1. Diagnostic t

La filière viti-vinicole produit 4 types de résidus, peu, pas ou mal valorisés : les sarments de vigne, les bourbes, les lies de vin épuisées et les marcs de raisin épuisés. Lors d’une première phase d’enquête documentaire et de terrain auprès des vignerons et distilleries, de nombreux potentiels ont été identifiés : capacité d’absorption, isolation, résistance au feu, fibres résistantes, présence de bactéries intéressantes, etc.

2. Matériauthèque


Les 4 résidus ont été expérimentés de façon intuitive, avec très peu de moyens : moules en carton scotchés, bac à glaçons, passoires, moules en silicone, casseroles, toute la cuisine y est passée! Dans cet atelier de fortune, un panel d’environ 100 échantillons a été réalisé en très peu de temps, ouvrant ainsi des pistes de développement matériau.

3. Co-développement


Les échantillons de sarment de vigne ont été sélectionnés, car ce résidu présentele plus gros potentiel, avec ses 1,7 millions de tonnes annuelles brûlées ou broyées, en dépit de la qualité exceptionnelle de ces boiseries. Les laboratoires de l’INRA et Montpellier SupAgro ont été associés au projet pour le co-développement du matériau : un panneau composite de sarment de vigne. Une version 100% bio-sourcée et 100% filière viticole a même été développée, via l’utilisation de brevets déposés par l’INRA sur une colle 100% biosourcée fabriquée à base de tanins de pépins de raisin.

Avec le soutien de

spo iate supagro inra

Le projet Togo


1. Diagnostic


En 2050, un habitant sur quatre de la planète sera africain : il y a donc un fort besoin en logements à anticiper. D’autant plus que le taux d’urbanisation en Afrique va plus que doubler en l’espace de 70 ans, pour atteindre les 64% en 2050. Les villes s’étalent, pas toujours planifiées ; les infrastructures et logement sociaux se construisent, pas toujours en corrélation avec les besoins des populations ; les zones rurales semblent ignorées. 250 millions d’africains vivent dans des habitats précaires et le Togo est le deuxième pays le plus concerné par le problème en Afrique de l’Ouest, juste derrière la Sierra-Leone.

2. Matériauthèque


Sur la localité d’Assahoun, deux filières agricoles ont été étudiées au vu des potentiels de leurs résidus : la filière banane et la filière huile de palme. Plusieurs sessions d’expérimentations de recettes de BTC stabilisées à partir de résidus agricoles se sont déroulées, avec le soutien du Centre de la Construction et du Logement de Cacaveli à Lomé. La matériauthèque est en cours de création!